Mobilisation de la Diaspora marocaine

Etudiants marocains de France

Quelles attentes et quelles aspirations vis-à-vis de leur pays pour les Marocains ayant fait leurs études en France?

Les Marocains, puissance estudiantine incontestable en France : Les marocains forment la première communauté estudiantine étrangère en France depuis plus de 10 ans.

Le constat est frappant, nos étudiants sont les plus mobiles au Maghreb avec un taux moyen de mobilité de 10%. Les autres pays sont loin derrière, l’Algérie avec uniquement 2,4% et 5,1% pour la Tunisie. Néanmoins la principale tendance est la montée en force des étudiants chinois en France. En seulement 10 ans, ils sont passés de la 5e position à la deuxième.

Face au déficit de l’Education nationale, les étudiants marocains quittent le pays à la recherche d’une meilleure qualité d’enseignement et d’un plus grand nombre de choix de spécialités qu’au Maroc. Ils partent en masse et optent en premier lieu pour l’Hexagone. Ainsi, cette année ils ont été pas moins de 27000 à partir en France, pour cause principale, la langue française.

D’autres étudiants ont dépassé cette contrainte linguistique. Pour preuve, l’Allemagne est devenue la deuxième destination (3500 étudiants marocains), suivie de près par l’Espagne (2700) et les Etats-Unis (1200). Le Canada, qui il y a peu de temps était le 3e pays d’accueil de ses étudiants est en retrait.

45% des étudiants marocains à l’étranger ont entre 18 et 20 ans. Ils partent directement après l’obtention du Bac. Etonnamment, Fès est la deuxième ville d’origine de ces jeunes (20%) devant Rabat. Le choix de la filière d’étude est déterminant et ne peut être laissé au hasard. Ainsi, 46% prennent une orientation scientifique en commençant par des classes préparatoires pour continuer dans des écoles d’ingénierie. 1/3 des étudiants s’oriente vers des études en économie et gestion. Les études de lettres, droit et sciences politiques attirent 9% des étudinats marocains.

Les bancs des écoles et universités marocaines sont occupés majoritairement par des femmes. Cette donne change totalement pour les étudiants qui partent à l’étranger. Ils sont principalement de sexe masculin (63%), contre 37% pour les femmes. Pour l’année universitaire 2019, 52 % de ces étudiants ont opté pour des masters et des écoles d’ingénieurs. Dans la même catégorie, ceux qui sont enregistrés pour l’obtention d’une licence ont été de 42% et seulement 6% ont choisi la voie doctorale.

Tout le monde semble croire que la France est très rigide en termes de visa étudiant. Pourtant le taux de délivrance de ces visas est de l’ordre 88%.